MATCH: Ostéopathie CONTRE médicaments


Ostéopathie ou médicaments

Point de vue d'un professionnel de santé


Après près d'un quart de siècle d'exercice en tant que thérapeute et après avoir traité manuellement des milliers de patients de PARIS et sa banlieue, de Normandie, de Martinique, du sud des Landes ( Peyrehorade, Saubusse, DAX...), pour à ce jour exercer depuis près de 10 ans sur la côte Basque, j'ai quelques réflexions à partager sur ce sujet avec les lecteurs des pages de mon site professionnel.

Les premiers concernés sont bien sûr mes patients présents et futurs, mais aussi mes collègues professionnels de santé ou non, les pro-ostéopathie et bien sur je pense aussi aux détracteurs de cette discipline.

 

Un peu d'histoire en préambule, de fait en France depuis la deuxième guerre mondiale avec l'arrivée des soldats américains sous la direction de la puissance politique, économique et sociale des USA,  la médecine européenne et française a connu une révolution sans précédent dans sa pratique quotidienne de la médecine.

En effet grâce au développement, aux progrès et à la puissance  de l'industrie pharmacologique américaine et mondiale ( comme par exemple la production industrielle de pénicilline à grande échelle pour soigner les infections des GI américains), la médecine en général et de " de ville" en particulier, en France, n'a cesser de développer une relation économique et sociale très forte avec l'industrie du médicament.

A l'évidence grâce au développement de l'ensemble de ces nouvelles classes de  médicaments à l'échelle industrielle, la médecine soigna alors de façon bien plus efficace ses patients, notamment en sauvant bien plus de vie : par conséquent la crédibilité de l'exercice de la médecine occidentale s'est vu conditionnée par la prescription de médicaments et des industriels qui les produisent.

Depuis lors et ce de façon exponentielle, la consommation de médicaments par habitant sur prescription médicale pour les français et les européens en général, n'a cessé d'augmenter.

A ce jour la pratique médicale française la plus courante est conditionnée par la délivrance d'une prescription de médicaments, ces derniers étant devenus l'alpha et l'oméga du traitement médical de la médecine générale ( confère l'étude ci dessous sur les médicaments antidépresseurs).

 


La consommation d'antidépresseurs en France et en Europe

ET ALORS ?


Comme le prouve le postulat développé précédemment à l'instar des mathématiques, l'équation à considérer ne serait plus:

Ostéopathie contre Médicaments, mais plutôt comme:

Ostéopathie contre conglomérat industriel médico-pharmacologique.

 


Prise médicamenteuse

Cliquez sur l'image


A ce stade de ma démonstration, l'affaire pour l'ostéopathie se complique sur le papier, les perspectives de reconnaissance publique globale (y compris pour les pouvoirs publics par une prise en charge par la collectivité du coût de l'ostéopathie) deviennent de plus en plus réduite:

le pot de terre contre le pot de fer ?

 

Faisons ensemble un état des lieux comptable des protagonistes:

- Poids de l'industrie du médicament en France : 1,8 % du PIB français en 2005 ( PIB français en 2005 2,204 Billions de dollars ) soit 39,67 milliards de dollars en 2005, en hausse d'environ 7% par an.

- Poids financiers de l'ostéopathie en 2010 exercice et formation professionnelle comprise : 513 millions d'euros

Le rapport de force d'un point de vue financier est sans appel :

 

Médicament 1 - Ostéopathie 0

 


Mais encore ?


L'ostéopathie en France pratiquée par les non médecins est autorisée et réglementée depuis 2002 par la loi de Bernard Kouchner ( l'ostéopathie pratiquée jusqu'à cette date était exclusivement légalement pratiqué par les diplômés titulaire du doctorat de médecine, j'exprimerai peut être mon opinion sur ce point dans une autre rubrique...).

La proportion des ostéopathes exclusifs non médecin est majoritaire dans le paysage ostéopathique français :

( confère ci dessous  chiffre 2010) :


Paysage Ostéopathique Français

L'essentielle de la pratique ostéopathique en France a donc été légalement rendu possible par une loi qui date d'une quinzaine d'années seulement....en rapport à l'ancienneté de la production industrielle du médicament ( confère ci dessus en préambule): 

Le rapport de force sur l'ancienneté de la thérapeutique est en faveur du médicament :

 

Médicament 2 - Ostéopathie 0


D'autres éléments supplémentaires ?


Liberté Egalité Fraternité

 

Liberté, fraternité et ..... à j'allais oublier égalité !!

Afin de pouvoir pratiquer légalement l'ostéopathie, le professionnel est assujetti à plusieurs conditions entre  autres :

- le praticien doit être titulaire d'un diplôme issue d'une école agrée par le ministère de la santé ou d'un certificat universitaire d'étude médicale supérieure dans la discipline concernée.

- mais aussi faire enregistrer ce diplôme auprès de l'agence régionale de santé dont dépend la situation territoriale du praticien.

 

Néanmoins suivant son statut ( médecin ou non)  pour une même compétence, le bénéficiaire des soins d'ostéopathie verra le coût de la consultation pris en compte, ou pas du tout par la collectivité....

Vous avez lu égalité ???

Le médicament lui est très largement pris en charge financièrement par la collectivité.

L'ostéopathie pour les bénéficiaires de mutuelle consiste en une prise en charge du coût de la consultation plus ou moins importante ou nulle.

Ces assurances mutuelles relevant du privé étant financés par les bénéficiaires eux-mêmes...

no comment !

 

Médicament 3 - Ostéopathie 0

 


La Cause ostéopathique définitivement entendue ?


 

Selon mon opinion en aucun cas ! mais comment !

L''ostéopathie accumule pourtant les paramètres négatifs dans l'univers des professions en un lien avec la santé: boycott médical à l'orientation des patients vers l'ostéopathe au profit du médicament le plus souvent, persistance de freins à son développement sur des critères financiers ( non remboursement par la sécurité sociale), etc...


Le verso de la prescription médicamenteuse


Pathologie hépathique
Foie malade

les effets indésirables des médicaments


La prise de médicaments peut ne pas être sans conséquence sur votre santé et vos organes, particulièrement dans ces cas :

- prise médicamenteuse sur des durées longues,

- prise de plusieurs médicaments dans le même temps, sans évaluation des conséquences des interactions médicamenteuses,

- effets secondaires des médicaments pas toujours bien pris en compte par les prescripteurs,

-prescription médicamenteuse sans prise en compte de la contre-indication due à l'état de santé du patient.

 

Pourquoi ?

 

La prise de médicaments n'est jamais anodine à court ou à long terme.

Les effets secondaires de ceux-ci sur votre organisme peuvent être pathogènes et ou irréversibles, d'autant plus que les effets de la prise de plusieurs médicaments n'a quasiment jamais été étudiée.

Ces effets secondaires inhérents à la prise de médicaments peuvent dégrader votre état de santé, altérer les fonctions physiologiques de vos organes comme le foie, les reins, votre coeur...en vous obligeant à prendre d'autres médicaments pour corriger les effets secondaires indésirables des premiers....

la boucle est bouclée !

 

De fait dans certains cas :

 

Médicament disqualifié - Ostéopathie  Vainqueur 

 

 


EN CONCLUSION


 

La solution idéale serait de prendre le moins possible de médicaments et lorsque c'est faisable, de solliciter d'autres thérapeutiques de type alternatives "non chimique" comme l'ostéopathie, cette dernière obtenant dans certains cas, des résultats rapides, concrets, sans effets secondaires indésirables. 

Malheureusement l'ostéopathie n'est pas universelle et ne traite pas toute les pathologies, néanmoins diminuer sa consommation d'anti-inflammatoire, d'antalgique, de myorelaxant ou d'antidépresseur au profit d'une thérapeutique plus naturelle vaut la peine d'être à minima essayée.

Ensuite chacun fait son choix, mais la prise de conscience doit être réalisée par le plus grand nombre, avant qu'à titre individuel il ne soit trop tard.

 

Au final l'ostéopathe est un petit "artisan" thérapeutique, "jeune" de par sa récente profession, de proximité n'ayant qu'à sa disposition ses mains, ses formations et son expérience de thérapeute manuel.

Le médicament, lui est le résultat de conglomérats médico-industriels multinationaux aux enjeux financiers colossaux, mais l'ostéopathie elle n'empoisonne personne .... enfin non ce n'est pas exact, du fait de son succès auprès de la population, cette discipline en dérange plus d'un...

 

A vous de choisir vos solutions thérapeutiques, vous avez la charge de votre corps, préservez le dans cette vie vous n'avez qu'un seul.

 

 

NB: Attention je ne suis en rien hostile aux médicaments et à ceux qui les prescrivent "dans l'absolu", les médicaments bien prescrits sauvent des vies et améliorent l'état de santé des patients.

Mais dans certain cas en particulier, le médicament peut être aussi un "poison" pour votre organisme, confère la démonstration ci-avant, pour finir voici quelques exemples de médicaments "poison" dont on à déjà défavorablement entendu parler : le Médiator, Distilbène, Dépakine, Valproate...

 

Quels médicaments "poisons" seront les prochains ?

 


consultation d'ostéopathie  :               06 03 202 213